Archives par étiquette : mildiou

Elles sont là, les pommes de terre nouvelles du Jardin

Pommes de terre nouvelles, variété Sirtema, juin 2014

Pommes de terre nouvelles, variété Sirtema, juin 2014

Ce matin, j’ai retiré un pied, toujours cette curiosité pour savoir si cette année sera bonne, beaucoup d’inquiétudes notamment avec le mildiou qui sévit depuis début juin. Le test est concluant, elles ne sont pas abimées. Ce sont des Sirtema. Satisfaction, dixit les Rolling Stones.

 

Les Travaux dans mon Jardin de ville en Juin

Après la grêle du weekend de Pentecôte, des travaux supplémentaires s’ajoutent.

Sol battu par la pluie et fissuré par le soleil, juin 2014

Sol battu par la pluie et fissuré par le soleil, juin 2014

Comme dit dans mon article sur les dégâts de la pluie et de la grêle, les feuilles ont été trouées par la grêle, les petits fruits sont tombés, la terre a été battue par l’eau, elle forme une croute qui avec l’effet de la chaleur va être difficile à casser. Les tomates et les pommes de terre ont le mildiou. Mon voisin a perdu tous ces pieds de tomates.
Bref, il y a du boulot pour remettre d’aplomb le jardin.

Le désherbage :
C’est une activité très prenante, car les mauvaises herbes se plaisent très bien dans le sol. Elles sont adaptées et sont même de très bons indicateurs pour révéler la nature du sol.
Il faut donc biner, sarcler, faire attention de ne pas arracher nos cultures en même temps. Eh oui, ça arrive, même en faisant attention d’arracher par exemple, la jeune pousse d’haricot recouverte de mauvaises herbes. Grrrrr.
Pour les mauvaises herbes, le travail est manuel, fatigant, mais au moins pendant ce temps là, on ne cogite pas, les choses sont simples.

Le repiquage :
Je continue à repiquer des salades et des choux, dès que j’ai de l’espace qui se libère par la cueillette.

J’ai aussi planté des haricots, des graines que j’avais conservé de l’année dernière. Et vive les semences libres. Comme je n’avais plus de place, j’ai planté 5 poquets au milieu des pommes de terre, j’ai fait une sorte de tipi avec les rames car je crois que ce sont des haricots rames de Venise. On verra bien:-)
L’état d’avancement des cultures :
Les tomates sous la serre sont hautes et les tomates sont bien formées. Je secoue légèrement les pieds pour la pollinisation. Voir article sur les tomates 🙂

Fève attaquée par les pucerons, juin 2014

Fève attaquée par les pucerons, juin 2014

Les fèves ont subi cette année une grosse attaque des pucerons. J’ai pulvérisé dessus du purin d’ortie. Bon, j’ai juste oublié de diluer, je m’en suis rendue compte après pulvérisation, grrr, j’ai donc arrosé par dessus pour essayer de limiter les dégâts. Donc, il n’y a plus de pucerons, quelques feuilles cramées par le purin, mais les fèves font de nouvelles feuilles, une seconde vie.
J’éclaircis les carottes et les poireaux.
Les haricots poussent enfin.

Fleur et légume formé de courgettes de Nice, juin 2014

Fleur et légume formé de courgettes de Nice, juin 2014

Les courgettes sont formées et les cornichons plantés fin mai sont sortis.
Je ramasse toujours des limaces le matin, destination le poulailler.

Comment trouver des orties pour faire du purin ?
J’ai été obligé d’acheter du purin en grains. J’ai demandé au vendeur sil vendait des graines d’ortie, il m’a évidemment répondu non, bon je me doutais de la réponse. En région parisienne, il n’y a pas trop de fossé avec des orties mais plutôt des trottoirs, mais je ne désespère pas, je vais bien en trouver avant qu’elles ne soient détruites par les herbicides. Est ce que cela existe un vendeur de graines d’ortie? Le comble quand je me rappelle toutes les piqures que j’ai eu môme.

Les engrais verts :
Je découpe la moutarde blanche sur les buttes que je dépose dessus, cela se décompose et en même temps, fait un paillage.
La phacélie est en fleur, les abeilles sont là.

Phacélie en fleur, juin 2014

Phacélie en fleur, juin 2014

Le mildiou:
On a retiré les feuilles et les tiges atteintes et on a pulvérisé de la bouillie bordelaise.
On recommencera la pulvérisation tous les 10 jours.

La récolte:
Fraises, framboises, groseilles, cassis pour les fruits.
Fèves,petits pois et salade pour les légumes.

Le petit plus du mois :
On a installé un récupérateur d’eau 🙂 à la maison.

Le Potager et les dégâts de la Pluie

Il pleut, il grêle sur l’Ile de France. Les orages de ce weekend ont laissé des traces aussi dans le potager. Les dommages sont importants dans le jardin par la grêle et le vent ; la pluie elle-même alourdit les plantes.

Les bénéfices de la pluie :

Dans un premier temps, tout n’est pas catastrophique, la pluie est bénéfique sur nos sols secs, la terre avait besoin de cette pluie. J’avais repiqué la veille de ces jours de pluie des salades et des choux, ce fut une aubaine, car pour arroser, rien ne vaut la pluie.

Il faut donc tenter de conserver cette eau. Pour cela, idéalement, il faut installer des récupérateurs d’eau aux gouttières. Procédé économique et ces pluies sont d’une grande qualité. Elles vont alimenter l’arrosage,servir à la confection de purins…

Les dégats de la grêle et de la pluie

Dans un second temps, ces averses peuvent être redoutables. Elles font tomber les fruits, les fleurs, elles martèlent la terre, elles hachent les feuilles. Les feuilles des pommes de terre sont percées par les impacts de la grêle.
La pluie va apporter aussi son lot de désolation, le mildiou risque d’apparaitre sur les pommes de terre et les tomates.
Les limaces et escargots profitent de ces pluies pour sortir et se nourrir du jardin.
Les mauvaises herbes réapparaissent et grandissent vite.

Pois envahis par le liseron et le mouron, juin 2014

Pois envahis par le liseron et le mouron, juin 2014

Après la pluie, le beau temps…

La première action est d’examiner les dégâts éventuels.

Je redresse les tuteurs, attache de nouveau.
Je désherbe le plus rapidement possible, les mauvaises herbes sont jeunes et le sol humide, il est plus facile de les ôter.
Je bine entre les rangs dès que le sol est moins gorgé d’eau car, si le sol sèche brusquement, il devient très difficile à travailler après le martèlement de l’eau, il formera des plaques, puis se fissurera.
Sur les buttes, je retire les mauvaises herbes une à une dès qu’elles apparaissent. C’est plus facile et moins fatigant que la binette :-). La butte est moins trempée car l’eau s’est écoulée tout autour.

Si je constate des feuilles jaunies avec des tâches noires, je les retire, car c’est une attaque de mildiou. Dès que les feuilles sont sèches, je pulvérise de bouillie bordelaise toutes les semaines.
Je me débarrasse des feuilles, je ne les mets pas au compost.

En attendant la prochaine averse…