Archives par étiquette : carotte

Septembre au potager…et vive l’autonomie alimentaire

L’automne est là, les matinées sont froides et les après midis ensoleillés. Presque l’été indien s’il n’y avait pas ces grosses journées de pluie.

Au potager, la serre permet de récolter des tomates plus longtemps. Les écarts de température sont moindres, elle conserve plus longtemps la chaleur accumulée. Il reste encore à cueillir des choux, des courges.Les salades d’hiver sont déjà là, quel régal, cette touche d’amertume. Les citrouilles et potirons continuent leurs croissances.

Cette année, j’ai une abondance de pommes et de raisins. Quel plaisir gustatif! Les raisins sont plus petits que ceux du commerce mais ils ont tellement de goût 🙂 . Aucune poire cette année,encore des ravages de la carpocapse et mes arbres avaient peu de fruits.

Poireaux et carottes continuent de pousser, les carottes sont plus petites cette année, un effet de la sécheresse.

Je n’ai pas pu cette année être disponible au printemps, j’ai donc moins planté. J’espère pouvoir dégager plus de temps l’année prochaine, car récolter à même son jardin est avant tout un geste pour notre santé, on suit de bout en bout le processus naturel de la croissance de la plante, on connait la provenance, le savoir faire qui a été mis en oeuvre. Produire ses légumes amène l’autonomie alimentaire, un savoir faire qui tombe aux oubliettes, cela devient un acte de résistance écologique, une manière de reprendre la main sur un domaine de compétence qui nous échappe de plus en plus. Pourtant, cette compétence n’est pas difficile à acquérir, elle n’est faite que de bon sens et d’observation. Elle ne demande pas tant de temps que cela, et elle procure tant de plaisir…A bientôt

La Tomate dans mon jardin

Je vais parler de la tomate mais dans mon jardin, soit avec mon sol(sableux) et mon climat (région parisienne).

La tomate fait partie de la famille des solanacées. Elle est autofertile, ces fleurs sont hermaphrodites. Il est cependant nécessaire notamment dans les serres de secouer légèrement les plants afin de faire bouger les pollens, en l’absence de pollinisateurs.

Je plante des tomates cerises, de la marmande, de la saint-pierre, de la crimée, de la coeur de boeuf, de l’olivette.

La vie de la tomate ou comment faire pousser des tomates 🙂

Le prérequis à savoir : c’est une plante qui n’aime pas le froid.

Je commence mes premiers semis dès fin février au chaud. Je refais des semis fin mars dans le cas de non réussite des premiers. Je fais mon semis dans des petites barquettes avec du terreau. Je ne tasse pas la terre, je pose les graines sur le terreau et là j’appuie légèrement pour que les graines entrent dans le sol. J’arrose avec un brumisateur.
Jusqu’ à cette année, je faisais mon semis dans la maison. Depuis cette année, je les fais dans la serre.
Une fois les tiges et les premières feuilles sorties, je les repique dans des pots(pot de yaourt…), avec un mélange de terre et de terreau. J’enfonce bien le pied de la tomate, car tous les petits poils sur sa tige sont des futures racines. Plus il y aura de racines, plus le plant sera fort.
Enfin, en mai, je les repique dans la terre, je n’hésite pas à planter le pied bien profondément, toujours pour augmenter les racines.
Dans la serre, les plants ont souffert des attaques de limaces, malgré la hauteur de mon support.
Cette année, j’ai planté des pieds sur les buttes(permaculture), sur des parcelles traditionnelles et dans la serre. J’ai planté mi avril dans la serre, la chaleur et l’avancement de certains plants me le permettant.
L’arrosage est plus important dans la serre, mais les fruits sont déjà formées mi-mai. Elles sont en avance de phase car la chaleur est plus importante dans la serre.
Sur la parcelle traditionnelle, l’arrosage est plus important que sur la butte, malgré le paillage dans les deux cas.

 

Tomates formées sous serre, mai 2014

Tomates formées sous serre, mai 2014

Les premières tomates arriveront dès juillet et il est possible d’en avoir jusqu’à début octobre si l’été dure et si les nuits ne sont pas trop fraîches.

Les aides de la tomate :
Dans tous les jardins, tout le monde sait que les plantes ont des plantes amies et des plantes ennemies. Tout ce savoir accumulé de l’observation de nos ancêtres et de nos propres expériences. La tomate n’échappe pas à la règle, certaines plantes vont la protéger des insectes, d’autres vont favoriser sa pousse.
J’associe deux plantes à mes tomates :
Lors de sa croissance, la tomate aime la proximité de la carotte : l’odeur de la tomate repousse la mouche de la carotte, et la carotte avec ses racines profondes, rend le terrain meuble.
L’oeillet d’Inde repousse les nématodes au niveau des racines et repousse les aleurodes.
Vous pouvez trouver d’autres associations avec les tomates sur internet.
Mon prochain sera l’ajout du basilic qui doit favoriser sa croissance.

Les plantes ennemies de la tomate :
Le premier c’est le froid, le second l’eau en grande quantité. Dans ce dernier cas, on constate le mildiou. Ce fut les cas ces derniers étés pluvieux. Il ne faut pas arroser trop, je paille. Ainsi, la tomate bénéficie d’eau et se nourrit du paillage qui se décompose.
Dès que je constate du mildiou sur un plant, je retire les parties abimées et je les détruis. L’année suivante, j’applique la rotation des cultures.

La tomate n’aime pas la compagnie des pommes de terre, malgré que cette dernière soit aussi une solanacée.

La taille des tomates :
Avant je taillais avec précision, je pinçais les gourmands, puis j’ai arrêté. Les tomates sont un peu plus tardives. Je ne trouve pas qu’elles soient plus petites, elles sont plus abondantes.
Je tuteurise et soutiens les plants quand les tomates alourdissent les branches.

L´arrivée du froid :
Avant l’arrivée du froid (début octobre), je cueille toutes les tomates. Je les enveloppe dans du papier journal. Elles deviennent rouges et je peux en manger jusqu’à décembre.

Que faire des tomates?
Crues, cuites, en coulis, en ratatouille, farcies…les tomates se marient avec toutes les viandes.
Elles rejoignent le congélateur en coulis, en ratatouille.